Les acteurs et le coût

Les acteurs :

  • La Région est le premier financeur du développement des transports en Île-de-France. Sa priorité : faciliter les déplacements et améliorer concrètement la mobilité de tous les Franciliens et Franciliennes. À ce titre, la Région participe au financement des études et des travaux du projet Altival.
  • Le Conseil départemental du Val-de-Marne très engagé sur son territoire pour améliorer les transports et les déplacements de la population val-de-Marnaise, il dirige le projet de création d’Altival et de prolongement de la RD10.
  • Ile-de-France Mobilités organise et finance les transports publics pour tous les Franciliens. Dans le cadre du projet Altival, il a réalisé les études qui ont conduit à l’élaboration du Dossier d’Objectifs et de Caractéristiques Principales. Il veille au respect du programme, du calendrier et des coûts. Il est également garent de l’organisation et de la mise en place du réseau de bus qui sera adapté en vue de la livraison des infrastructures
  • L'Etat participe quant à lui au financement du projet après l'Enquête d'Utilité Publique; Il cofinance le projet à travers le Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020 (CPER). Lequel permet de mettre en oeuvre le Nouveau Grand Paris des transports. A travers le CPER et la réalisation du Grand Paris Express, l'Etat s'engage pour le transport quotidien des Franciliens.

 

 

Le coût :

Le montant du projet s’élève à près de 140 millions d’euros. Il comprend la création de l'infrastructure Altival et de la voirie (le prolongement de la RD 10). Le financement de la "boucle" à Noisy-le-Grand est déjà envisagée dans le cadre du projet de bus Est-Tvm. Les aménagements sur la route de la Libération à Chennevières devant être déterminés ultérieurement, ils ne sont pas intégrés au budget.

À ce stade du projet, la Région Île-de-France et le Conseil départemental du Val-de-Marne participent au financement des études jusqu’à l’enquête publique, pour un montant respectif de 1,75 million d’euros et 0,75 million d’euros.

Les études complémentaires qui suivront l'enquête publique, estimées à 2.5 millionsd'euros seront financées dans le cadre du CPER à hauteur de 556 000 euros par l'Etat, 795 000 euros par le Département et 1 298 500 euros par la Région Ile-de-France.